FAITS'D JEUFOOT LOCALJOUEUR-J

SERIGNE MOCTAR KOÏTÉ DANS L’IMPASSE

0

Il n’est pourtant pas le meilleur joueur du championnat de la écoulée. Mais c’est sans doute le joueur le plus disputé dans ce mercato sénégalais. Serigne Moctar Koïté est au cœur d’une guerre fratricide, entre son peut-être ancien club Teungueth FC et le Jaraaf de Dakar. Si pour le moment le joueur n’a pas voulu s’exprimer sur le dossier, la guerre fait rage entre un club qui le considère déjà comme sa recrue et un autre qui s’attache désespérément à son numéro 10.

Jaraaf d’attaque 

Mercato du 3 juillet du Jaraaf

Mercato du 3 juillet du Jaraaf

La position du Jaraaf on la connaît déjà. Dans son point mercato du 3 juillet dernier les Médinois ont clairement mentionné le nom de Serigne Moctar Koïté qu’ils considèrent comme un joueur libre. Occasion saisie pour renforcer son milieu de terrain, en vue de la coupe Caf. Ce qui est clair, net et sans bavure. Mais on attend toujours de voir le joueur s’afficher publiquement sous ses nouvelles couleurs ou être présenté comme un désormais pensionnaire du club de Dakar.

Malick Daf l’avait annoncé. Son club a besoin de renforts parce qu’en Afrique « il y’a de très bons joueurs là-bas. » Donc tous les moyens sont bons pour garder ses chances intactes. Et les arrivées de Adama Wade, Mame Saër Gueye, Souleymane Dione et Ben Makha Bâ ne souffrent d’aucune polémique. Mais au-delà de l’aspect sportif, se faire l’un des meilleurs joueurs de son rival est un énorme coup dans l’honneur. Imaginer juste un joueur quitter le Real pour le Barça, ou vice-versa. La rivalité était déjà vive mais elle risque d’augmenter et d’atteindre un niveau qu’on ne pensait peut-être jamais.

Une guerre d’honneur 

Le recrutement de Serigne Moctar Koïté sonne comme une gifle du Jaraaf  à son rival. Et pour TFC ce serait un camouflé monumental, même si son numéro 10 est en fin de contrat. Une pullule difficile à avaler pour le club de Babacar Ndiaye, dont toute le bande est sur la défensive pour s’exprimer sur l’affaire. « Allez demander au joueur lui-même, on n’a pas de position là-dessus » a lancé un des responsables, qui ne veut accorder aucune crédibilité à ce transfert, qui on le sait tous, leur ferait très mal à l’intérieur. Rien que la réaction des supporters le montre à suffisance.


Un quiproquo dont l’origine est à chercher dans la nature des contrats signés par les joueurs. Car apparemment une clause stipulerait que s’il n’y a pas de contrat, « la dernière année en option serait automatiquement reconduite. » Ce qui veut dire que TFC est dans son droit de vouloir garder son meneur. Mais quel prix et dans quelles conditions ? Car oui, si le Jaraaf a osé annoncer le recrutement du joueur, c’est parce qu’il a, en réalité donné son aval, après avoir discussion.

TFC et Jaraaf vont devoir demander la recette à Pikine et Guédiawaye qui ont très bien géré le dossier Ibrahima Dieng Pauleta. Et Dieu sait qu’ils ne s’aiment pas.

FAUT-IL PROFESSIONNALISER LE FOOT FÉMININ ?

Previous article

LE BAL DES ENTRAÎNEURS AUSSI OUVERT

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *